• Site mégalithique de Aoste - musée et parc archéologique

    Archéologie

Site mégalithique de Aoste - musée et parc archéologique

Localités: Aoste

  • De avril à septembre:
    ouvert de mardi à dimanche de 9h à 19h
  • De octobre à mars:
    ouvert de mardi à dimanche de 10h à 18h

Fermé le 25 décembre et le 1er janvier

Dernière entrée 45 minutes avant la fermeture

Les horaires peuvent être modifiés: on conseille de les vérifier au préalable en contactant le numéro de téléphone indiqué à la section “Contacts.”

Entier : € 7,00

Tarif réduit : € 5,00 (groupes d’au moins 25 personnes payantes, étudiants universitaires, conventions spécifiques)

Gratuit :

  • enfants et adolescents jusqu’à 25 ans
  • sujets porteurs de handicap et leurs accompagnateurs
  • enseignants et accompagnateurs de groupes d’élèves, en mésure de 1 pour 10 élèves.

En cas d’organisation d’expositions payantes, le billet d’accès au site inclut également la visite de l’exposition.

  • Nous vous recommandons d‘acheter des billets en ligne sur la plateforme de billets MiDA

Personnes handicapées: accessible.

Photos et vidéos : il est possible de prendre photos et vidéos, pour usage privé et sans but lucratif, avec tout appareil sans flash et support. L’utilisation de la tige pour selfies n’est pas admise. La prise d’images et vidéos à des fins éditoriales, commerciales ou de presse doit être autorisée au préalable.

Animaux: non admis.

Contacts

Réservez et achetez vos billets en ligne

Le site archéologique

Mis au jour en 1969, le site archéologique, qui s’étend sur une surface d’environ un hectare, est l’un des plus intéressants d’Europe : presque cinq millénaires d’histoire se dénouent de façon évocatrice sous les yeux des visiteurs, de la fin du néolithique à nos jours.

Le terme site mégalithique a été utilisé pour définir synthétiquement le site découvert à Aoste, lequel n’est, à ce jour, comparable à aucun autre, hormis – et encore les affinités ne sont-elles que partielles – celui de Petit-Chasseur, qui se trouve à Sion, en Suisse.

Par « site mégalithique » on entend un terrain, plus ou moins étendu mais bien délimité, sur lequel se dressent de multiples monuments mégalithiques et de différents types.
En effet, il ne s’agit pas d’un simple alignement de menhirs ou de stèles anthropomorphes, ni d’une nécropole ou de tombes-dolmens : les éléments découverts indiquent au contraire que nous sommes en présence d’une aire sacrée, destinée d’emblée à accueillir des manifestations répétées, liées au culte et à l’ensevelissement des morts.

Cinq grandes phases structurelles ont été identifiées : à partir du Néolithique récent (fin du Ve millénaire av. J.-C.) et au cours de tout l’âge du cuivre (IVe-IIIe millénaire av. J.-C.), jusqu’à arriver à l’âge du bronze (IIe millénaire av. J.-C.).

Ce n’est que pendant les derniers siècles du millénaire que ce site, initialement conçu comme un sanctuaire en plein air destiné au culte des vivants, devient une nécropole réservée à certaines catégories de la population et qu’y sont construites des tombes monumentales de différents types mégalithiques.

Dans l’ordre chronologique, il sera possible d’observer : les traces d’un labour propitiatoire (fin du Ve millénaire av. J.-C.), suivi de la création de puits alignés, au fond desquels furent placées des offrandes, comme des meules, associées à des restes de fruits et de céréales.

Pendant les périodes suivantes (début du IIIe millénaire av. J.-C.), on observe l’alignement de 24 pieux totémiques en bois orientés du nord-est au sud-ouest, à côté desquels furent disposées plus de 46 majestueuses stèles anthropomorphes, qui peu à peu les remplacèrent, il s’agit de la première vraie manifestation du mégalithisme dans cette aire, de magistraux chefs-d’œuvre de la statuaire préhistorique.

L’aire fut principalement utilisée comme site funéraire, avec la construction des premières tombes mégalithiques, probablement de membres d’éminentes familles de la communauté, construites entièrement hors du sol. Bâtie sur une étonnante plate-forme triangulaire en pierre, la « Tombe 2 » est l’un des exemples les plus significatifs. Elle fut en effet utilisée pendant presque un millénaire comme sépulture collective accueillant les dépouilles de 39 individus.

Le musée

L’itinéraire de visite du site mégalithique de Saint-Martin-de-Corléans débute par une descente vers le passé, de nos jours jusqu’à la préhistoire : sur un parcours parsemé d’images faisant référence à l’histoire humaine, les passerelles d’entrée au musée mènent le visiteur au niveau du site archéologique à proprement parler (environ 6 mètres sous le niveau de la route).

Ici, le regard embrasse un espace grandiose : l’effet recherché est de permettre au visiteur d’appréhender visuellement et émotionnellement le site dans son ensemble et de le percevoir comme un complexe monumental, notamment grâce à un jeu de lumière progressif, suivant les heures de la journée.
Traversant la dimension du temps, les teintes des lumières colorent l’atmosphère qui enveloppe les découvertes archéologiques, le dolmen, les stèles abattues, les plateformes, les traces des labours.

La visite s’ouvre en permanence sur le site archéologique, dans une sorte de dialogue permanent « intérieur-musée / extérieur-site ». Des explications, approfondissements et interprétations sont disponibles sur les dispositifs didactiques et multimédia.

L’itinéraire s’articule en six sections qui suivent et reconstruisent la périodisation du site : la courbe accueillante de la chronologie se termine en indiquant le passage aux labours, puis aux puits, traversant ensuite le long espace dédié aux alignements de pieux, pour arriver aux stèles anthropomorphes et à la dernière phase, celle des tombes.